Bien être au travail : l'essentiel en 4 points

Le bien-être au travail : un terme qui a fait couler beaucoup d'encre, considéré comme un Graal pour certains, comme une vaste supercherie par d'autres... Et si on essayait de prendre un peu de hauteur, pour mieux cerner la réalité ?

Notre équipe vous aide à trier le vrai du faux, en répondant à 4 questions essentielles : 

  1. Quelle est la définition du bien -être au travail ?
  2. Quels sont les chiffres-clé du bien-être au travail ?
  3. Comment améliorer le bien-être au travail en pratique ?
  4. Quels sont les acteurs à connaître sur le bien-être au travail ?

quelle est la définition du bien être au travail ?

La, ou plutôt les, définitions du bien-être au travail

Le bien-être au travail est un concept mouvant : d'un pays à l'autre, d'un acteur à l'autre, vous ne trouverez pas la même définition.

L'Organisation Internationale du travail (OIT) y intègre par exemple la qualité et la sécurité de l’environnement physique, les sentiments exprimés par les travailleurs, l'environnement, le climat et l'organisation du travail. 

En France, pour l'INRS, le bien être au travail est "un concept englobant qui dépasse la santé au travail et intègre notamment la satisfaction et le sentiment d'accomplissement, et pas seulement l'absence d'atteintes au travail. Il y a une dimension personnelle subjective mais aussi une dimension collective, et en général ce bien-être est axé vers une meilleure performance de l'entreprise". Le bien-être au travail va donc bien au delà d'une simple "réponse" à un irritant ou un problème.

Vidéo réalisée par l'INRS sur le bien-être au travail

Nos voisins européens incarnent d'autres approches du bien-être au travail.  Au Royaume-Uni par exemple, l'accent est mis sur le développement d'espaces et d'environnement de travail plus inclusifs. En Finlande, le concept est plus riche et intègre à la fois la santé physique et mentale, le sens au travail, ainsi que le développement de la carrière professionnelle. 

Pyramide du bien-être en finalnde
La pyramide du bien-être au travail en Finlande

 

Les 3 dimensions du bien-être au travail

Se penchant sur le bien-être en général, des chercheurs et chercheuses en sciences sociales et psychologie comme Carol Ryff, Corey Keyes ou encore  Barbara Fredrickson ont mis à jour 3 dimensions essentielles, dimensions que l'ont peut appliquer au travail : 

  • la satisfaction, qui correspond à la dimension cognitive du bien-être, comment j’évalue notamment par rapport aux autres ou à la réalisation de mes objectifs.
  • le plaisir, qui correspond à la dimension émotionnelle, le ressenti par rapport à une expérience vécue, les sentiments qui en résultent
  • la réalisation de soi, qui correspond à la dimension eudémonique, le sens que l'on met dans son travail ou le sentiment de maîtrise sur sa vie.

Les 3 fondamentaux du bien-être au travail

Les 3 fondamentaux du bien-être appliqués au travail


Par exemple, un enseignant peut avoir des journées stressantes (dimension émotionnelle) et être mécontent de sa rémunération (dimension cognitive) tout en ayant le sentiment de s’épanouir dans son travail parce qu’il en tire beaucoup de sens (dimension eudémonique).

Ce que n'est pas le bien-être au travail

S'il est difficile de définir exactement le bien-être au travail, il parait important de souligner ce que n'est pas le bien-être au travail, ou pas uniquement.

Ces dernières années ont vu se développer l'essor des Chief Happiness Officer ou (Responsable du bonheur au travail) et avec eux une vague de contestations et de controverses sur le bien-être au travail. Ces postes, dont les fonctions varient énormément d'une organisation à l'autre, ont en effet suscité beaucoup de critiques et de moqueries. On leur reprochait de "simplifier" le bien-être au travail, de le rendre "achetable" à travers des bons cadeau, des paniers de fruits ou des babyfoots, mis à disposition des équipes.

Sans jeter l'opprobre sur les cours de yoga ou les séances de massage (par ailleurs très appréciées des salariés), il faut apprendre à distinguer entre les activités divertissantes, parfois un peu vite labellisées "bien-être au travail", et les actions de fond sur le travail, qui auront un impact plus durable sur la santé et l'équilibre des salariés.

🏆 A lire : (Notre) TOP 10 des actions QVT durables

Quelle différence entre qvct et bien être au travail ? 

Qualité de vie et des conditions de travail (QVCT) et bien être au travail sont des concepts proches. D'ailleurs, la définition de la QVCT issue de l'Accord National Interprofessionnel (ANI) de 2013 réfère directement au bien-être au travail : 

"[La qualité de vie au travail] peut se concevoir comme un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué." 

📒 Pour découvrir l'intégralité du document de l'ANI, vous pouvez le télécharger ici

La différence fondamentale se situe dans l'usage. La notion de bien-être au travail ayant parfois été dévoyée dans des actions superficielles et peu efficaces, les acteurs institutionnels ont préféré lui substituer le terme de QVCT, qui met davantage l'accent sur les conditions objectives de travail.

💡Pour en savoir plus : QVT : 4 définitions à connaître

 

Bien-être au travail et performance : quels sont les chiffres ?

Les chiffres du bien être au travail

En observant les rapports et les études récentes, on trouve en réalité davantage de chiffres sur le mal-être au travail que sur le bien-être au travail.

En effet, 44% des salariés français sont en état de détresse psychologique, selon le baromètre d'Empreinte Humaine et Opinion Way de Mars 2023 et 38 % des femmes se disent en mauvais état de santé général selon le baromètre 2023 du Comptoir Malakoff Humanis.

Le taux d'absentéisme a également augmenté par rapport à 2022 et le coût d'une démission est estimé en moyenne à 5 mois de salaire, pouvant aller jusqu'à 12 mois.

70 % de salariés affirment que leur mauvaise santé mentale nuit à leur travail et les 3 principales causes de souffrances au travail sont : 

  1. L’intensité et le temps de travail (62 %)
  2. Les rapport sociaux dégradés (40%)
  3. Les conflits de valeurs sur le lieu de travail (34 %)

Enfin, 46% des salariés souffrent d'insomnies, 40% de fatigue chronique (68% dans le secteur tertiaire) et 32% d'anxiété. 

📒 A télécharger : le Guide complet de la santé au travail

Bien-être au travail et performance

Les chercheurs et chercheuses qui se penchent sur le sujet ont encore du mal à isoler la manière dont telle ou telle action en faveur du bien-être au travail peut contribuer à la performance.

Pourtant, il est clair que l'inaction a un coût. Nous avons constaté par exemple aux Ateliers Durables que des directions d’entreprises se retrouvent parfois sanctionnées par leur propre assurance prévoyance. Ces dernières préfèrent résilier les contrats de couverture devenus trop onéreux avec la hausse de l'absentéisme, des congés longue durée ou des accidents de travail… Les entreprises concernées se retrouvent alors dans une impasse, à devoir retrouver une couverture à un tarif bien plus élevé.

Ce que les études nous confirment également, c’est que l’engagement des salarié.es et leur implication favorisent la performance

Or, 85% des salariés estiment que l’amélioration du bien-être mental renforcerait leur fidélité à leur entreprise, et le bien-être des salariés est le deuxième critère le plus important après la rémunération pour ceux qui considèrent changer d'entreprise, selon l'étude 2023 menée par Elabe pour l'Institut de l'entreprise. Se soucier du bien-être de ses salariés devient une exigence pour els politiques RH et non plus un luxe pris en charge par des managers inspirés par les pratiques innovantes. 

Nous pouvons résumer les liens positifs entre bien-être au travail et performance dans le schéma suivant :

liens qvt et performance

 

Comment mesurer le bien-être au travail ?

Cela nous mène à une question cruciale : comment parvenir à mesurer cette notion si subjective qu'est le bien-être au travail ?

Les organisations mettent aujourd'hui en place différents outils, des questionnaires sur le bien-être au travail, des diagnostics RPS ou des enquêtes sur la QVCT. Certains sont gratuits, d'autres payants, réalisables en une fois, ou parfois divisés et dispensés tout au cours de l'année. Un diagnostic peut contenir des questions courtes fermées, des questions ouvertes, ou passer par l'organisation de groupes de paroles entre les salarié.e.s ou d'entretiens individuels. 

Si vous cherchez à réaliser une enquête par vous-même, l'INRS et l'ARACT Ile-de-France ont mis à disposition des baromètres modèles dont vous pouvez vous inspirer. Si vous souhaitez faire appel à une structure pour réaliser votre enquête bien-être au travail, l’organisme de certification Certivéa a recensé plus d'une trentaine d'acteurs, regroupés en 4 catégories : les observatoires “nationaux”, les classements d’employeurs, les cabinets d’audit social et les nouveaux outils digitaux.

Enfin, certaines organisations préfèrent mettre en place des enquêtes ciblées. Nos équipes ont par exemple accompagné le Département de l'Eure dans la mise en place d'une enquête sur la déconnexion auprès des agents, ainsi que le Syntec dans la création d'un diagnostic en ligne sur le harcèlement et les violences sexuelles et sexistes pour le compte de ses adhérents.

Au-delà de la mesure, la question de l'utilisation de ces enquêtes est cruciale. Comment les agents ou les salariés seront-ils associés à la démarche ? Qui analysera les résultats ? Quelles actions sont prévues à la suite ? 

🔎Pour aller plus loin : Questionnaire QVT, 5 conseils avant de se lancer

 

Comment améliorer le bien-être au travail ?

Après le temps de la mesure vient le temps de l'action. L'occasion de mettre en avant 3 grands leviers pour améliorer le bien-être au travail.

Agir sur l'environnement et les conditions de travail

L’environnement de travail peut être générateur de stress, ou à l’inverse de temps de partage et d’échanges. Les bureaux fermés peuvent isoler les collaborateurs mais aussi favoriser la concentration tandis que les open spaces peuvent encourager les échanges informels mais générer stress et conflits. 

Questionnez vos collaborateurs pour comprendre si leurs espaces de travail leur conviennent et répondent à leurs besoins actuels. Ont-ils accès à un espace détente pour se relaxer quelques instants dans la journée ? Les salles de réunions sont-elles assez nombreuses ?

Si la plupart des collaborateurs sont en open space, disposent-ils de casques ou de cabines téléphoniques pour passer leurs appels ? Vous pouvez au besoin organiser un atelier de concertation afin d'élaborer ensemble une charte open space (retrouvez un modèle de charte gratuit ici) , afin de cadrer les règles de bon fonctionnement et partager les bonnes pratiques. 

📚 Pour retrouver tous nos conseils pour l’aménagement de vos bureaux, retrouvez notre article sur les 5 règles du Feng-shui en entreprise et nos 7 conseils pour aménager un espace bien-être. 

Les conditions de travail influent également grandement sur le bien-être des équipes, qu'elles soient sur un site de production, sur un terrain extérieur ou dans des bureaux classiques. Le développement du travail hybride a profondément changé l'organisation du travail pour des millions de personnes.

Et c’est sans compter sur tous les services complémentaires qui peuvent être fournis par l’entreprise : ligne d’écoute psychologique, prise en charge d’un abonnement sportif ou accès à une salle de sport sur place, bonne complémentaire santé, meilleure prise en charge de la parentalité au travail avec de plus longs congés maternités et paternités ou mieux rémunérés, ou l'accès à une crèche intra-entreprise, etc. La liste de ces services « bonus » vendus aux collaborateurs à l’embauche est longue, l'impact réel sur le bien-être au travail n'est pas pourtant toujours au rendez-vous.

Car la difficulté se trouve plus souvent dans le traitement des problèmes de fond : l'intensification du travail, les tensions et conflits au sein des équipes, ou les modes de management à l'ancienne qui pèsent sur la santé mentale des salarié.es. Des irritants qui peuvent se combiner avec des problématiques plus personnelles (problèmes de sommeil, d’alimentation ou d’addictions) qui à leur tour impactent la qualité du travail et le bon fonctionnement des équipes.

C’est à ces problématiques que nous avons souhaité répondre avec la création de notre service Alio : permettre à chaque personne d'être accompagnée individuellement sur des difficultés personnelles ou professionnelles, via des consultations vidéos de 45 minutes, avec des professionnels spécialisés (coachs, psychologues,  professionnels de santé...).

Favoriser l'expression des salariés

Les salariés bénéficient d’un droit d’expression définis par les articles L 1121-1 et L. 2281-1 du code du Travail et l’article 9 du code civil. La Cour de Cassation rappelle que « le salarié jouit dans l’entreprise et en dehors de celle-ci, d’une liberté d’expression à laquelle il ne peut être apporté que des restrictions justifiées par la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché. ». 

L’expression des salariés sur leur travail se fait la plupart du temps de manière informelle, autour de la machine à café ou de l’imprimante, entre collègues, et n’aboutit pas forcément à des changements structurels sur l’organisation du travail ou à un plan d’action pour traiter les problèmes discutés. Or l’objectif principal de l’expression des salariés, c’est de pouvoir faire entendre les réalités du travail et en tirer des stratégies et actions pratiques. 

Alors comment encourager l’expression des salarié.e.s de manière générale ? Comment s’assurer que les conditions de libération de la parole soient réunies et que des apports fructueux découlent de ces échanges ? 

tryptiqueRetour photos sur nos ateliers

Les professionnels de la QVCT recommandent la mise en place d’Espaces de Discussion sur le Travail (ou EDT). Il s'agit d'espaces collectifs de réflexion sur le travail qui ont pour objectif de permettre aux salariés de mettre en débat les tensions liées à leur travail, les exprimer et en construire des issues nouvelles. 

Ces espaces peuvent être ouverts à la suite d’un diagnostic QVCT ou plus spontanément quand un problème émerge. Aux Ateliers Durables, nous avons eu la chance d’accompagner le Conseil Départemental de l’Eure dans la création de 6 EDTs et de 40 ateliers QVT. Chaque espace de discussion travaille sur un axe de travail en particulier (intensité du travail, accompagnement dans l’emploi, management du changement…) et ils travaillent tous ensemble pour constituer un plan d’actions prioritaires pour la qualité de vie au travail des agent·es.

📚 Pour en savoir plus sur les EDT, découvrez notre article 5 questions pour comprendre les Espaces de Discussions au travail. 
 

Améliorer la cohésion

A l'heure du travail hybride et de l'éclatement des collectifs de travail, la cohésion d’équipe devient un pilier clé du bien-être au travail et une valeur très recherchée.

Cette cohésion passe par une bonne organisation du travail, à savoir une répartition claire des rôles dans l'organisation, et la cohérence entre les missions individuelles de chacun et un objectif commun qui ait du sens. Mais le travail ne fait pas tout, il est important de créer des moments de détente et de cohésion orientés vers le partage et la bonne humeur, afin de créer des liens durables entre collaborateurs, qui pourront par la suite s'appuyer les uns sur les autres. 

Pour améliorer la cohésion, vous pouvez choisir d'organiser un séminaire bien-être au travail, une grande journée du personnel ou une journée dédiée au bien-être au travail, mais des actions plus simples et régulières fonctionnent aussi, comme les petits-déjeuners d'équipe, des ateliers ou des conférences sur la pause méridienne.

🔎 Approfondir : Journée de cohésion : 10 idées d’activités à tester

C’est le constat établi par notre collectif depuis plus de 10 ans : avec plus de 500 ateliers organisés tous les ans dans tous types d’organisation, nous remarquons que la cohésion, les échanges, les liens interpersonnels qui se nouent dans ces temps d'ateliers comptent autant que le cœur du sujet traité (alimentation, santé, stress, concentration, RSE...). Ils sont l'occasion, pour des collaborateurs souvent débordés de se retrouver et d'aborder des sujets qui n’auraient pas émerger naturellement autour d’un verre informel.

💡 Découvrez nos 10 idées d'ateliers bien-être au travail à tester

Certaines entreprises choisissent de se concentrer sur des temps forts de l'année (semaine de la QVCT, Octobre Rose, semaine du développement durable, semaine du handicap), quand d'autres préfèrent mettre en place un calendrier régulier d'animations. L'essentiel est de savoir trouver le bon dosage entre l'objectif de cohésion d'équipe, le renforcement des compétences professionnelles, et le bien-être personnel des collaborateurs.

Qui sont les acteurs du Bien-être au travail ? 

Les acteurs externes

Ils sont très nombreux ! L’organisme institutionnel de référence sur la QVCT et le bien-être au travail est l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail. L’ANACT dispose de succursales régionales, les ARACT (Agences régionales pour l’amélioration des conditions de travail). Ces organismes offrent une multitude de ressources sur le sujet et organise régulièrement des évènements en ligne et en régions. 

Le marché français (et international) ont vu éclore ces dernières années une multitude d’entreprises spécialisées dans le bien-être au travail. Le réseau Happy Tech regroupe plus de 50 entreprises qui innovent au service de l’expérience collaborateur et du bien-être au travail, mais une simple recherche Google vous donnera une pléthore de résultats en fonction de votre besoin. 

💡 Pour y voir un peu plus clair, nous éditons annuellement notre liste des 10 start-ups du bien-être au travail à suivre. 

Enfin, pour améliorer le bien-être au travail dans votre organisation, vous pouvez également faire appel à des intervenants extérieurs multidisciplinaires qui se spécialisent généralement dans un ou deux domaines du bien-être au travail : des coachs, naturopathes, psychologues, addictologues, etc.

L’avantage de ces profils variés est qu’ils apportent une expertise sur un sujet précis, mais ils peuvent parfois être difficile à identifier. Quel que soit le sujet, le conférencier ou la conférencière professionnel.le doit disposer de compétences clé et aura également pour tâche de bien connaître la situation de l’entreprise et ses engagements en matière de bien-être.

 📚 Si vous voulez en savoir plus sur notre réseau LAD de plus de 200 intervenants sur toute la France, découvrez notre page sur le sujet.  

Les acteurs internes

Dans l'entreprise, plusieurs personnes peuvent s'emparer du sujet su bien-être au travail à différents niveaux : 

  • la direction
  • les responsables ressources humaines (RRH)
  • les managers
  • le/la responsable QVT
  • le/la responsable RSE
  • le/la responsable de la communication interne
  • le/la Chief Happiness Officer (CHO)
  • les représentants syndicaux
  • le CSE
  • les collaborateurs eux-mêmes

Tous ces acteurs peuvent jouer un rôle à leur échelle sur le bien-être au travail dans l'entreprise.

📚 Pour en savoir plus sur le rôle des responsables RH et QVT, découvrez nos articles Responsable QVT, qui es tu ? Que fais tu ? et Responsable RH, qui est tu ? que fais tu ? 

Les acteurs de la formation

Pour vous former sur le bien-être au travail, plusieurs solutions existent. Nous avons retenu entre autre la formation continue "Bonheur dans les organisations" par  HEG de Genève. Pour les responsables RH et managers déjà en poste, nous proposons une première formation courte d'une journée en intra sur le thème, "Les fondamentaux de la QVCT". 

Enfin, pour les salariés en poste, nous proposons des ateliers et formations pour améliorer le bien-être au travail et des conférences sur le sujet. 

📚 Pour aller plus loin, découvrez notre article Formation bien-être au travail en entreprise : comment choisir ? 

 

Organiser un séminaire bien-être en entreprise
Découvrez nos ateliers
LAD vous répond